Accueil               Méditation               ENSEIGNEMENT               inspiration               TIANSHI               ContacT

 

CHRONIQUE mars/avril 2019

S'inspirer d'une facette de la vie de manière zen et spirituelle.

 

 

La source des croyances

 

Le calendrier journalier du Dre Christiane Northrup m’annonce : « Je dois assumer la responsabilité de ma vie si je veux demeurer en santé. Les maladies ont une signification profonde; elles ne jaillissent pas de nulle part. Elles représentent souvent la partie visible de l’iceberg. Dans la partie immergée, plus volumineuse, se cachent les racines du mal. » Voilà, je suis responsable et non coupable de ma condition de santé. Pour analyser nos inconforts physiques, élargissons notre conscience sur les conséquences que peuvent avoir les gestes posés, les réflexions émises, les critiques redondantes à l’égard de notre corps. Comprenons surtout qu’entretenir des propos limitatifs ou répressifs vont rejoindre la partie profonde en nous, celle où se loge la source des croyances.

 

Une croyance entretient l’idée de tenir quelque chose pour véridique, et ceci indépendamment des preuves de son existence, de la réalité ou des possibilités. Autrement dit, une croyance – qu’elle soit vraie ou fausse – supporté par des paroles, des actions ou des pensées, s’imprime dans notre mémoire cellulaire, familiale, ancestrale. Elle se développe avec le temps pour se transformer en éventail de possibilités ou de limitations. Le mythe désigne une croyance manifestement fausse, partagée par plusieurs. Prenons l’exemple : « Prendre froid entraîne la grippe.» Saviez-vous que les peuples et les marins nordiques ne connaissent ni le rhume ni la grippe ? Donc, prétendre que le froid intervient systématiquement dans ce genre de malaise, s’avère faux; il se manifestera en présence d’un terreau fertile sous-jacent. Une croyance positive engendre également son effet : « L’abondance vient à moi facilement et simplement. » Lorsque ma conviction tend à installer une prospérité matérielle dont j’estime qu’elle m’est naturellement octroyée, cela se matérialisera. Et ça fonctionne !

 

L’expérience développe chez nous des raisonnements d’habitude, issus de conditionnements parentaux et de comportements sociétaux. Plusieurs subsistent encore même s’ils ne nous conviennent plus : « On est né pour un petit pain. »  « Il faut travailler fort pour gagner sa vie. » Cela pouvait être vrai à l’époque d’après guerre mais ça ne l’est plus aujourd’hui; nous vivons dans une ère d’abondance où nous pouvons accéder à la richesse. Alors, pourquoi continuer d’adhérer à des croyances désuètes ? Pourquoi donner de l’emprise à des attitudes ne nous convenant plus ? Éliminer les anciens, s’en trouver de plus appropriés, y croire à nouveau et se les répéter sur une base régulière. Et le changement se produit, peu importe le domaine des nos assentiments. Jadis, quelqu’un a dit : « Il en sera fait selon ta foi. » Cela confirme, sans doute possible : tout ce en quoi je choisis de croire deviendra ma réalité. Manifestement. Intentionnellement. Absolument.

 

Entretenir la croyance ou l’on ne se sent ni aimant ni aimé freine les relations avec autrui, brise l’amitié ou encore instaure des problèmes liés au cœur. Croire en son impuissance financière engendre l’idée d’un manque monétaire, l’accumulation de dettes ou même suggère une sensibilité au bas du dos. Accepter l’idée d’avoir un problème avec le fait de parler en public, d’apprendre une langue, de faire confiance, d’exprimer son opinion produit des résultats négatifs dans le corps. Cultiver la crainte de s’affirmer, de s’accepter, de s’aimer peut développer des inconforts, même des maladies… si l’on adhère à ces pensées. Plusieurs de ces schémas s’ajustent au système de croyance entretenu depuis longtemps par la société. Quels sont les vôtres ? Sachez trouver les racines de vos opinions, l’origine de vos conditionnements. Voyez la provenance de vos croyances en regardant de plus près vos conflits intérieurs.

 

Écrire la liste de ses croyances limitatives permet d’effectuer des changements concrets. Sont-elles encore justes, nécessaires, actuelles ? Ensuite, cessez d’utiliser des arguments restrictifs pouvant causer préjudices, problèmes ou douleurs. Tentez de remplacer des mots courants et à reformuler des phrases habituelles. Peu importe où nous sommes rendu sur le chemin de notre évolution physique, mentale ou spirituelle, tout demeure possible, il faut y croire. Songez comment de nouvelles vérités pourraient se manifester. Louise L. Hay, dans son livre « Transformez votre vie » nous suggère de répéter une de ces phrases pour inverser la donne : « Je suis assurée d’une sécurité financière. Je rempli mon rôle de parent à merveille. Je crée d’excellentes relations autour de moi. Je reflète la santé parfaite. Je m’estime à ma juste valeur. Je m’aime, je m’accepte. Je me pardonne, je me libère. » Avec cette nouvelle façon de raisonner et un schéma de pensée renouvelé je vous parie que la partie submersible de votre iceberg fondra rapidement comme neige au soleil. J’en ai fait l’expérience, j’en suis la preuve vivante. Je l’affirme. J’ai changé des croyances, en accord avec mes valeurs actuelles. J’ai établi une manière de penser plus positive et ouverte, moins restrictive, moins rigide. Et mes maux ont disparu. J’assure maintenant la pleine responsabilité de ma vie… Heureuse. Prospère. Et en santé.

 

Carole Hamelin

 

« L’attitude de l’homme envers sa vie détermine sa destinée.. » Albert Schweitzer

 

Recevoir les chroniques : INFOLETTRE

 

Accueil

Méditation 

Enseignements

Inspirations

Tianshi

Contact  

Chronique

Ressources

Témoignages 

Bibliothèque   

Filmothèque

Musicothèque

Vidéothèque

   @

 

 

 

RETOUR EN HAUT

Zénitude Concept

zenitudeconcept.com - Copyright © 2010-2019 - Tous droits réservés - Car Ham Design Web